Cliquez sur la photo pour faire apparaître le contenu du site.

Au fil des chemins : vestiges anciens et petit patrimoine

Les dolmens

Dolmen de la QueirierLe mieux conservé des dolmens se trouve au hameau de la Queirier sur des terres privées, ainsi que les fouloirs rupestres.

Les fouloirs rupestres, dits aussi « cuves vinaires »

Des esprits fantaisistes, enflammés peut-être par des mythologies sanglantes,  ont pensé qu’il pouvait s’agir de pierres de sacrifices, si possible humains pour ajouter de l’horreur à l’histoire. Plus prosaïquement, si le liquide recueilli par le déversoir était bien rouge, il ne s’agissait que d’honnête jus de raisin :   ces constructions polies par le temps et l’usage attestent en tout cas que le nom de la commune a une étymologie transparente : le village du vin, dont la réputation est toujours portée haut par quelques producteurs du village.

Les pierres levées

Sur le chemin de Bellegarde, que l’on prend pour aller voir dolmens et cuves, on peut remarquer des pierres levées, en face d’un grand sorbier. Rien de préhistorique ni d’ésotérique : simplement, dans une région où la pierre et la vigne sont les principales richesses, elles servaient de piquets à attacher les pampres des vignes.

Les capitelles

capitelle Pradaux 1977

Eparpillées sur la commune, on peut voir, au gré des promenades, des cabanes en pierre sèche qui servaient d’abri, de remise. Couvertes par la technique de l'encorbellement,  elles s’appellent dans la région des capitelles ou capitels et sont sœurs des bories provençales et des trulli des Pouilles italiennes. Le mot "borie", employé en Provence pour dénommer ce genre de constructions en pierre séche, désigne ici la propriété tout entière, la ferme.

Les croix de mission

Les croix de mission sont nombreuses sur le territoire de la commune. On peut les voir au cours d’une randonnée en boucle autour du village, indiquée sur un panneau fixé au mur de la mairie.  Croix d'Aussenelle