Cliquez sur la photo pour faire apparaître le contenu du site.

Poème de mars

Pour que Vinezac, village en poésie, participe d'une humble façon, vu la situation sanitaire, au Printemps des poètes de mars dont le théme cettte année est le désir, voici un poème de François Coppée : mélancolie du souvenir des désirs enfantins et désir inabouti de la rencontre amoureuse.

François Coppée

Etoiles filantes

 

Dans les nuits d’automne, errant par la ville,
Je regarde au ciel avec mon désir,
Car si, dans le temps qu’une étoile file,
On forme un souhait, il doit s’accomplir.

 

Enfant, mes souhaits sont toujours les mêmes :
Quand un astre tombe, alors, plein d’émoi,
Je fais de grands vœux afin que tu m’aimes
Et qu’en ton exil tu penses à moi.

 

A cette chimère, hélas ! je veux croire,
N’ayant que cela pour me consoler.
Mais voici l’hiver, la nuit devient noire,
Et je ne vois plus d’étoiles filer.

 

François Coppée, L’Exilée (1877)

 

 

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris, où il est mort le  23 mai 1908 est un poéte dramaturge et romancier français.


Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes du monde des humbles. Poète de la tristesse à la vue des oiseaux qui meurent en hiver , du souvenir d'une première rencontre amoureuse, de la nostalgie d'une autre existence ou de la beauté du crépuscule, il rencontra un grand succès populaire.