Cliquez sur la photo pour faire apparaître le contenu du site.

Informations diverses

André Laurent, maire de Vinezac
André Laurent, Maire de Vinezac, fait un point sur le budget municipal et les contraintes quotidiennes dues à la situation sanitaire

 

Tout en suivant le chantier des travaux de rénovation de l'épicerie-bar au château Julien, le Conseil municipal prépare le budget 2021. Comme chaque année, le travail consiste à pouvoir faire entrer tous nos projets dans un tableau contraint. Les besoins de fonctionnement et les désirs d’investissements nouveaux nous obligent à des choix. C’est frustrant mais nécessaire pour l’équilibre budgétaire.

 

Situation sanitaire et finances

La situation sanitaire a des conséquences financières, avec des dépenses nouvelles. Je pense à l’école où les besoins en matériel et en personnel ont augmenté. Les aides de l’Etat nous permettent de faire face, notamment par la mise en œuvre de contrats aidés pour l’embauche de jeunes en recherche d’emploi. Une aide de 65% à 80% par contrat nous donne la possibilité d’embaucher plusieurs agents communaux sur des contrats de neuf mois renouvelables une fois. Nous nous engageons à former ces jeunes gens et à les préparer à leur parcours futur.

 

Les investissements

S’agissant des investissements, les dossiers déposés sont des dépenses conséquentes (stade à 577.600€ HT,  église à 343.986€ HT) mais nous attendons des financements extérieurs (subventions) non moins conséquents, de l’ordre de 80%. Si nous n’obtenons pas ces financements, nous remettrons en question ces dépenses : il n’est pas question d’endetter la commune au delà du raisonnable. D’autant qu’il existe d’autres projets d’envergure à mettre en discussion dans les mois et les années qui viennent (salle polyvalente, projet alimentation dans le cadre du contrat européen Leader, mobilité, dépenses sur la voirie communale etc.)

 

Faire face à l'épidémie sans renoncer à la vie municipale

La vie associative devrait pouvoir reprendre grâce à la vaccination et au respect des gestes de prévention. Je souhaite que nos parlementaires mettent en place de manière pérenne des services sanitaires adaptés, pour nous permettre d’être soignés dans nos hôpitaux avec tous les moyens que nécessite une épidémie appelée à durer peut-être des années. Nous ne sommes pas faits pour vivre comme des ermites. Eux ont choisi ce mode de vie, nous, nous devons pouvoir vivre une vie sociale faite de rencontres et de convivialité. Certaines règles nouvelles devront être acceptées et mises en place, mais il nous faut retrouver au minimum notre vie communale.

 

André LAURENT.